Mission et valeurs

Notre mission, à la fois simple et complexe, est de donner à nos fromages le goût et la couleur uniques de notre culture, mais aussi une identité propre à chacun. Néanmoins, notre première mission est de transformer l’ensemble du lait produit sur l’Isle.

Nos valeurs

Notre préoccupation est demeurée la même qu’à nos tout débuts : c’est-à-dire, conserver notre patrimoine agricole et ainsi contribuer au développement durable de notre milieu.

Par sa constante évolution, la fromagerie procure un emploi à plusieurs insulaires, mais elle attire de plus en plus de travailleurs de l’extérieur de l’île qui y voient la possibilité de s’établir dans un endroit charmeur et d’y vivre avec leur famille.

La population a considérablement rajeuni depuis quelques années. Cet état n’est pas seulement dû au succès de notre entreprise, mais aussi à une gestion d’ensemble bien structurée qui priorise l’agriculture et le tourisme; une combinaison gagnante pour l’Isle-aux-Grues.

Fromagerie

L’histoire de la fromagerie est étroitement reliée à la production agricole, principale activité économique de l'Isle. Nous sommes cinq producteurs laitiers, regroupés en coopérative, afin de préserver notre agriculture et notre terroir. Nos fermes produisent du lait de qualité exclusivement pour la fromagerie.

Au tout début de la colonisation

En plein cœur du majestueux fleuve St-Laurent, L’Isle-aux-Grues et l’Île-aux-Oies, contiguë à la première, ont toujours fait l’objet d’une importante exploitation agricole. Dès 1715, les Îles ravitaillaient en légumes, œufs, beurre et bestiaux les Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Québec.

La pomme de terre fut longtemps la seule production agricole exportable de l'Isle.  Le faible prix obtenu pour ce produit incita les agriculteurs à se tourner vers l'industrie laitière. Mais, il était hors de question de sortir le lait de l'Isle tous les jours; l'Isle n'étant reliée à la Rive-Sud que par traversier durant la saison estivale et par un petit avion pendant l'hiver.

Une histoire de solidarité

En 1976, la Société coopérative agricole de l’Isle-aux-Grues a été fondée par les 14 producteurs laitiers de l’époque pour transformer le lait en fromage sur l'Isle.

En 1977, l'usine amorça ses opérations. À ses débuts, la fromagerie transformait le lait seulement durant les mois d'été. En 1987, les producteurs laitiers convainquirent la municipalité de déneiger la route et l'usine put alors opérer 12 mois par année. La production laitière fut quadruplée et l'usine dut subir des agrandissements successifs pour être en mesure d'absorber toute cette production.

Parmi les agrandissements, celui de 1995 a nécessité des investissements majeurs pour moderniser les installations et les rendre conformes aux normes d'Agriculture Canada. Plus d'un million de dollars ont été investis entre 1995 et 2000. Ces investissements ont été rendus possibles par le recours au RIC et à une levée de fonds auprès de la population.

Entre-temps, des fermes furent cédées, abandonnées, faute de relève.  Il ne resta plus que cinq fermes laitières membres dans la coopérative.
 
En 2004, l’hémorragie s’est arrêtée.  Un jeune couple s’établit sur l’Isle et réalise un rêve : celui de posséder leur propre ferme laitière.  Le lait qu’ils vont produire servira à la fabrication d’un nouveau fromage et celui-ci proviendra exclusivement de vaches Suisses brunes. Il leur a donc fallu trouver quelques vaches pour faire les tests de fabrication du fromage et ensuite, constituer un troupeau. Ils concluent une transaction avec des producteurs ontariens et ramènent un troupeau d’une trentaine de bêtes sur l’Isle.

Dès leur arrivée, les vaches sont soumises à un nouveau menu : le foin de battures.  Ce foin, moins riche en protéines, sera le seul fourrage donné aux Suisses brunes. Celles-ci s’accommodent bien de cette nourriture et, à la fromagerie, on assure ainsi la constance et le goût bien particulier à la Tomme de Grosse-Île.

Une économie locale dynamique

Avec un chiffre d'affaires dépassant les trois millions de dollars et ses 15 employés, les retombées économiques de la fromagerie sont primordiales pour le milieu insulaire.

Afin de rentabiliser ses investissements, la fromagerie a entrepris un tournant majeur dans sa vocation par la création d’une gamme de fromages artisanaux à pâte molle. En l'espace d'un an et demi, la fromagerie a mis au point des pâtes molles et a réussi à se créer une place de choix sur le marché des fromages fins au Québec.

La mise en marché de ses produits constitue le principal défi de la fromagerie. La prospérité future de la coopérative repose sur une diversification de sa gamme de fromages. Nous avons donc commencé à faire vieillir nous-mêmes nos cheddars et à concevoir et mettre en marché des fromages fins à valeur ajoutée.

Un avenir prometteur

Notre distribution s'étend maintenant sur tout le territoire québécois, ainsi qu’à Toronto, Calgary et Vancouver.  Nous nous préparons, avec une usine répondant aux plus hautes normes de l'industrie, à franchir d’autres frontières provinciales et vraisemblablement, celles du pays.

En 2003, l'usine a réinvesti dans ses installations, afin de permettre d'augmenter la production de ses fromages fins.

Depuis juillet 2009, l’usine est reconnue HACCP (Hazard Analysis Critical Control Points) par l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Aujourd’hui, après plus de 35 ans d’activité, nous procédons encore à des rénovations et des agrandissements de l’usine, reflet d’un éclatant succès.

Fondation Riopelle-Vachon

La Fondation Riopelle-Vachon a vu le jour en 2001. Jean-Paul, qui a toujours bien ancré ses pieds dans le sol de l'Isle aux Oyes et particulièrement dans les terres du Manoir McPherson, a eu la chance de son vivant, de pouvoir se réjouir de l'ampleur que prendrait éventuellement La Fondation, dans l'avenir de l'Isle.

En effet, en donnant le revenu de ses droits d'auteur pour la reproduction de son œuvre sur l’emballage du fromage "Le Riopelle de l'Isle", tous les étudiants de l'Isle ont accès à des bourses d'études.

L'acquisition de Pointe aux Pins par la Fondation, consacre à tout jamais ce lieu fantastique, en protégeant à perpétuité ces terres sauvages et pures.

Jean-Paul reste donc vivant et actif à travers sa fondation et accompagne les insulaires dans le développement harmonieux de ce bijou qu'est l'Isle-aux-Grues.

Je suis particulièrement fière de collaborer à ce projet pour garder la mémoire de Jean-Paul bien vivante et en même temps, de participer à un avenir meilleur en protégeant la terre, en s'investissant dans nos terres.

par Huguette Vachon , présidente

Imprimer le document d’informations